Marseille 2600

 

Contestation à Saint-Victor

 

 

 

 

"Elle tient plus de l'homme que de la femme", lit-on dans le récit du séjour de Christine de Suède à Marseille en 1656. Vêtue d'un justaucorps, vêtement masculin, et d'une jupe, elle avait "une perruque d'homme". "Cette sorte de coiffure, déclare-t-elle, lui plaît pour ce qu'elle la laisse jouir des plus belles heures du jour que les dames consument à se coiffer et qu'elle emploie ce temps-là à lire et à étudier." Elle fait plus de cas de "la beauté de son esprit" que des "attraits de son visage qui n'est pourtant pas désagréable et qui a quelque chose de particulier et de majestueux".

Reine philosophe, Christine de Suède avait montré qu'elle préférait le savoir au pouvoir en abdiquant quelques années plus tôt. Marseille, cité commerçante, lui parut une ville d'ignorants : "Il ne s'y rencontra personne capable de l'entretenir, au moins selon son goût."

Arrivée par mer le 30 juillet, elle partit pour Aix le 1er août. Le lundi 31, elle "ouït la messe en l'église Saint-Jean, sans sortir de la maison (elle logeait en effet dans la commanderie attenante à l'église) et a fait jouer les violons tant qu'elle a duré". Ce n'était pas le signe d'une grande attention.

L'après-midi, elle se rendit à Saint-Victor, où les religieux vinrent la recevoir "en procession, la croix devant, jusqu'à la porte du Ravelin, et lui ont donné le dais, qu'ils ont quitté à la porte de l'église". On l'honora d'une harangue, puis elle baisa la croix et fit ses prières devant le grand autel.

On lui montra alors les reliques. Celles d'abord de sainte Eusébie, qui se coupa le nez, lui dit-on, pour donner l'exemple à ses religieuses : ainsi sauveraient-elles leur virginité des Turcs, qui assaillaient le monastère". Cela ne se peut, répondit la reine : "En ce temps-là, il n'y avait point de Turcs." Et en effet, c'étaient des Normands...

On la conduisit alors vers "les reliques des sept dormants". "Ayant dormi environ trois cents ans", ils moururent, lui expliqua-t-on, aussitôt qu'on les eût réveillés. "Ils firent fort bien, répliqu-t-elle, car leurs habits après un si long temps n'étaient plus à la mode".

"On lui dit que les femmes n'entraient point dans la chapelle Notre-Dame, qui est en l'église souterraine. Sachez, dit-elle, que les reines entrent partout." Elle consentit pourtant à dire qu'elle ne désirait point y entrer.

Savante, incrédule, autoritaire, la reine Christine de Suède n'était pas de ces visiteurs passifs qui acceptent tout sans rien dire.

 

 

 

 

Marseille 2600
Roger Duchêne